Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BOUT DU MONDE N'EST PAS INACCESSIBLE

Marcher jusqu'au Bout du Monde, juin-Juillet 2016, et au-delà... Préparation et suivi du projet, engagements, soutiens, programmes

Sur les traces de l'ancien village de Montigny-lès-Cormeilles

Itinéraire bleu : Sur les traces de l'ancien village (pdf - 635,61 ko)

 

 

 

C'est l'itinéraire qui va nous permettre, avec le groupe que j'accompagne ce lundi 5 mai, d'aller à la découverte de l'histoire de notre ville.

 

Réhabilitation de l'ancienne mairie

et extension de la bibliothèque G. Brassens

 

En montant la rue du Général de Gaulle, avant de tourner à droite vers l’actuel Hôtel de Ville que nous verrons tout à l’heure, il y a la Bibliothèque et l’ancien Hôtel de Ville sur votre gauche. L’ancienne mairie à laquelle a été ratachée le nouveau bâtiment de la bibliothèque accueille aujourd’hui l’espace Retraité de la ville.

Les travaux effectués lors de l'extension de la bibliothèque Georges Brassens sont un exemple de ce que les architectes peuvent faire pour mettre un patrimoine en valeur en même temps que construire un nouvel espace : art de concilier l'ancien et le moderne. L'ancienne mairie a pu être ainsi conservée et; la nouvelle bibliothèque construite en débord, sous le bâtiment initial. Ce nouvel espace a été inauguré début 2007.

 

L'eau de la source de Montigny

 

 

Si l’on monte au village par la Rue Jacques Verniol (elle porte le nom d'un des garçons, morts pendant les journées de juin 1944 à l'occasion des combats de la Libération de Montigny), on trouve un espace tout nouveau, en cours de travaux, celui de la source de Montigny dont le bâtiment a été détruit pour faire place à l’entrée du bois nouvellement aménagée pour accueilir les promeneurs.

« Au début du XIXème siècle la source de Montigny était un point de rencontre des habitants, autour du lavoir. Après des années d'exploitation, la construction d’une usine d’embouteillage, puis son abandon, il était temps de replacer la source au coeur de la vie locale. La source s'écoulera de nouveau à ciel ouvert et sera l'entrée d'un théâtre de verdure qui mettra en valeur le bois de Montigny

A Montigny,: 25 hectares de bois, parcs et autres espaces fleuris. L'entrée du bois de Montigny fait partie de ces espaces à protéger et à valoriser. Après l'abandon de la commercialisation de l'eau de la source par Nestlé Water, nous avons l'opportunité de recréer un espace public de convivialité accessible à tous les habitants de la région depuis la Plaine, le Village et les sentiers de la butte de Cormeilles ».

 

La Source

C'est suite à l'Autorisation Préfectorale du 4 Juin 1932 que la source de Montigny fut exploitée pendant de longues années proposant une eau réputée dans la région. Présente sur les tables de chevêt de nombreux hôpitaux et cliniques de la région, elle était également vendue en pharmacie. On pouvait venir chercher son eau directement à la fontaine. Les Ignymontains, pour leur part, disposaient d'une carte de gratuité. Le défilé permanent des gens avec leurs bouteilles et leurs bombonnes en osier ou en plastique offrait une véritable animation dans le quartier. Témoin de cette époque, on pouvait  lire aujourd'hui sur le mur de la société le fameux slogan :

 

 

 

  "Boire de l'eau de Montigny, c'est prolonger sa vie "

 

 

 

 

L’espace Corot

 

C’est symboliquement un lieu chargé d’histoire que l’on dépasse en arrivant au village : l'espace Corot.

Jean-Baptiste Camille Corot (1796-1875), peintre célèbre de passage à Montigny, peint vers 1830 l’auberge située à l'angle de la Grande Rue et de la rue Fortuné Charlot, située en face de l'église.

Le tableau, une huile sur toile de 22,8 sur 33 centimètres, est acheté en 1926 par le Wellesley College Museum, de l'état du Massachusetts, à un marchand de New York qui se l'était procuré lui-même à Paris.

La commune a fait l'acquisition de l'auberge et l'a baptisée "Espace Corot". Il devrait prochainement ouvrir aux artistes.

 

 

 

 

 

 

J-B Corot, photographié par Nadar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Eglise Saint-Martin

Cet édifice a été reconstruit  sur les ruines d’une première église en 1710 puis  agrandie  en 1898. La cloche, deux scupltures et les boiseries du XVIIIe siècle sont classées au Patrimoine National : Elle aurait été contruite sur l’emplacement d’un cimetière mérovingien dont les fouilles auraient exhumé plusieurs sarcophages construits en plâtre de Cormeilles.

 

 

 

 

 

Les objets classés

Période

Date de protection

• Lutrin

XIIe siècle

16 juin 1911

• Statue "Vierge à l'Enfant"

XIVe siecle

22 juin 1908

• Lambris de revêtement

XVIIIe siècle

6 décembre 1906

• Retable du maître-autel

XVIIIe siècle

6 décembre 1906

• Chaire à prêcher

XVIIIe siècle

6 décembre 1906

• Confessionnal

XVIIIe siècle

6 décembre 1906

• Banc d'oeuvre

XVIIIe siècle

6 décembre 1906

• Console style Louis XV

XVIIIe siècle

8 mars 1994

• Stalles style Louis XV

XVIIIe siècle

8 mars 1994

• Cloche (1875)

XIXe siècle

27 avril 1944

 

 

  

 

 

 

Montigny-lès-Cormeilles... une vieille histoire

 

En 862, l'abbaye de Saint-Denis possédait des vignobles à Montiniaco. Les moines restent seigneurs du territoire qui s'étend de la Seine à la chaussée Jules-César jusqu'à la Révolution.

Il est réduit par la création des communes de La Frette en 1791, puis de Beauchamp en 1922. La forêt et les bois couvrent encore 20 % des terres mais les vignes, en revanche, ont complètement disparu. La toponymie - Les Plâtrières, Le Moulin à Plâtre, La Butte de La Tuile, le hameau des Tuileries - témoigne de l'exploitation intense du sous-sol, d'où étaient extraits gypse et marnes pour la fabrication de plâtre et de tuiles.

http://www.valdoise.fr/

Archéologie & histoire de Montigny-lès-Cormeilles

 
Découvertes archéologiques

 

Dans les années 1970, l'élargissement du boulevard de Pontoise a permis de repérer une occupation du Néolithique moyen, caractérisée par des outils de silex, des fragments de récipients en terre cuite et des ossements d'animaux consommés, abandonnés dans une ancienne mare ou un ruisseau ayant servi de dépotoir.

Une lampe à huile gallo-romaine a été retrouvée dans les anciennes carrières souterraines et, dans les années 1960, les fondations d'un habitat antique ont été observées dans le cimetière - deux alignements perpendiculaires de pierres et de dalles, enfouis à 1,50 mètre de profondeur, délimitaient une surface d'environ 400 mètres carrés avec un foyer construit dans un angle.

En 1969, quatre sarcophages et un four en briques ont été signalés rue de Bellevue, lors de la construction d'un mur de soutènement pour le jardin du presbytère.

 

Seigneuries et manoirs

 

Bien que l'abbaye de Saint-Denis ait été seigneur de Cormeilles, Herblay et Montigny (Montiniaco en 862 ; Montiliachus en 1003 ; Montana en 1125), elle n'est pas intervenue dans la création des paroisses. Leurs églises, toutes trois dédiées à saint Martin, étaient en effet sous la dépendance directe de l'évêque de Paris.

En 1125, Mathieu le Bel, seigneur de Villiers-le-Bel et de Saint-Brice, rendait hommage à l'abbé Suger pour son fief de Montigny. Au XIIIe siècle, le chevalier Hugues III Tyrel, seigneur de Poix en Picardie, échangea avec le monastère de nombreux biens situés à Cormeilles, La Frette, Herblay, Montigny et Pierrelaye. En 1258, Jean de Poissy lui cédait ses doits de travers et de justice dans ces mêmes paroisses, droits qu'il tenait en arrière-fief de Mathieu III de Montmorency (1243-1270).

Trois hôtels seigneuriaux s'élevaient près des sources qui émergeaient du flanc de la butte de Cormeilles. Le Grand Manoir, relevant de Saint-Denis, se trouvait à l'emplacement de l'actuel hôtel de ville (rue Fortuné-Charlot), près de la Fontaine d'En-Bas ou du Buet, déplacée en 1869 car elle était au milieu du chemin.

Un autre manoir se trouvait non loin des bâtiments occupés par la poste au centre du village (10, Grande-Rue), près du château bâti au XIXe siècle et démoli en 1907.

Enfin l'Hôtel, dit plus tard la propriété Meaume, se dressait rue Jacques-Verniol.

 

Des sources

 Près de la Fontaine du Bois, l'abbaye de Saint-Denis avait construit un lavoir-abreuvoir dont les eaux s'écoulaient par un long ruisseau jusqu'aux fossés de la grande route de Pontoise à Paris. Captée au XIXe siècle, cette source alimentait le château et les bassins du parc par une pompe mise en mouvement par un cheval attelé à un manège. Son eau a fait l'objet d'une exploitation commerciale.

Sur le coteau sud, la Fontaine aux Loups donnait naissance à un ruisseau qui se perdait dans la sente des Prés des Lyons.

 

Les fouilles

 

Les foulles archéologiques entreprises dans les années 1970 à l’occasion des immenses travaux de construction de la ville nouvelle de Montigny (autoroute A15, quartier des France, N 192 et RN 14, chaussée Jules César) ont permis de situer la ville de Montigny à un carrefour de voies très importantes pour le commerce local mais aussi national.

Les pentes de la colline de Montigny sont couvertes de vignes. A perte de vue, elles sont visibles de la vallée de la Seine au Sud et des bois de Montmorency au Nord.

C’est par la chaussée Jules César au Nord que les troupes romaines auraient, après Lutèce, gagné la Normandie. Les parisii, eux, à l’époque gauloise, étaient installés depuis longtemps.

Sous l’actuel cimetière par exemple, au bas de la rue Fortuné Charlot, on a retrouvé la structure de ce qui a pu êtte une villa gallo-romaine de 400 m².

 

Plan d'intendance 1781. ADVO 25Fi 82

 

C’est encore par la Route de Paris à Dieppe (voir le garage au coin de la Rue du Gal de Gaulle/RD 14) que Paris était approvisionné en produits de la mer et en  légumes produits dans la plaine de Pierrelaye et au-delà. Au Moyen-Age, c’est la route qui permet, par Enghien etSaint-Denis, à Paris d’être ravitaillée ; c’est d’ailleurs l’évêque de Saint-Denis qui est seigneur  de Montigny jusqu’en 1790. Ses biens (fermes et et terrains agricoles don t il tirait un important revenu) sont alors vendus comme  biens nationaux.

 

Sur le territoire de Franconville (Eboulures), Taverny (Honorine) et Montigny (Hautes Bruyères), on sait qu’un hôpital (maladredrie) a longtemps accueilli les lépreux de la région.

 

Vers la Butte de la Tuile (RN 192), on a aussi retrouvé les traces d’une manufacture (d’où peut-être le nom de Mont Igny/mont du feu) qui  devait fonctionner jour et nuit.

 

 

 

 

 

L’Hôtel de ville

 

 

La commune a fait l'acquisition de la propriété Plisson en 1937, un manoir de la fin du XIXe siècle construit au milieu d'un superbe parc arboré.

 

L'ancienne mairie située place du monument aux morts (cf. bibliothèque) était devenue trop exigüe suite au développement de la population.

Mairie annexe, centre Picasso

La commune de Montigny ouvrira plus tard unemairie annexe installée dans le "secteur moderne" de la ville : le Centre culturel et administratif Picasso et la poste à Montigny-les-Cormeilles (1983) architecte Gilbert Faux

 

 

 

 

Le train

 

 

L'arrivée du chemin de fer à Montigny est un des atouts, avec la construction de nouvelles routes vers Paris, qui vont permettre le développement de la commune.

La ligne Paris-Pontoise, passant par la gare Montigny - Beauchamp a été inaugurée officiellement le 20 juin 1846.

L'activité sur la RN 192 s'est accentuée en 1894 avec la mise en service de la ligne Paris-Le Havre via la gare de La Frette – Montigny du côté du village.

 

 


Du haut du village...

 

 

 

A lire aussi, Robert Hue, Histoire d’un village du Parisis, Montigny-lès-Cormeilles, des origines au XVIIIème siècle, et Histoire de Montigny-lès-Cormeilles, du village à la ville 1800-1980 , que l’on peut emprunter à la bibliothèque.

 

Avec aussi l'aimable autorisation de G.I.S (GUIDE INFO SERVICE) et de son Guide-annuaire de proximité www.ma-ville-a-vivre.com
 
Sur les traces de l'ancien village de Montigny-lès-Cormeilles
Au pied de l'église Saint Martin

Au pied de l'église Saint Martin

Sur les traces de l'ancien village de Montigny-lès-Cormeilles
Sur les traces de l'ancien village de Montigny-lès-Cormeilles
Sur les traces de l'ancien village de Montigny-lès-Cormeilles
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
il faut un jour que je passe à Montigny
Répondre
G
Très intéressant! Merci pour cet article.
Répondre