Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BOUT DU MONDE N'EST PAS INACCESSIBLE

Marcher jusqu'au Bout du Monde, juin-Juillet 2016, et au-delà... Préparation et suivi du projet, engagements, soutiens, programmes

Derniers jours... le 11 juillet 2016, de Anzat jusqu'à Allanche

Une quarantaine d'étapes à partager, selon vos disponibilités, partager un  bout du monde : JUIN-JUILLET 2016, venez marcher avec moi, partagez une étape vers le Bout du monde

Le tracé de chaque étape et le flyer à diffuser

L'OBJECTIF : Renouer avec l'histoire locale

A chaque étape un rendez-vous fixé avec les offices de tourisme, avec chacune et chacun d'entre-vous pour randonner, ensemble dans votre histoire et dans vos paysages : l'occasion de découvrir pour les uns et de transmettre pour les autres !!

le Signal du Luguet, est à 1551 m avec à sa droite le Pépendille à 1543 m (appelé aussi Bois du Cézallier) suivi du Perche à 1511 m

Anzat est un tout petit village du Puy de Dôme : 184 habitants, 2,8 hab au km2.
Comme ailleurs dans d'autres villages et dans d'autres terroirs aujourd'hui dépeuplés, on compte pas moins de 60 noms différents sur le monument aux morts de la guerre 14-18 érigé sur la place d'Anzat.
Avec l'exode rural du milieu du XXème siècle, ceci explique sans doute cela et le déficit démographique énorme que la commune n'aurait pas réussi à relever depuis un siècle.
De Anzat à Allanche, 22 km 700, 576 m de dénivelé négatifs... on descend de la montagne, entre Puy de Dôme et Cantal

Jusqu'à Apcher, 4 km 400

Moulin à eau en état de fonctionnement du XVIIIème siècle restauré avec passion. Au cours d'une visite contée vous découvrirez comment on passe du grain de seigle à la farine grâce aux différentes meules et à divers mécanismes. Vous verrez et marcherez sur la roue à augets de 4m. de diamètre entrainée par l'eau de la cascade d'Apcher dont le mécanisme date du XIXème siècle.

puis vers Pradiers en passant par Vins Hauts, 13 km 300

et sur le tracé du chemin de l'estive jusqu'à Allanche, on revient sur une tradition séculaire

L'ESTIVE

C'est, de tradition, la plus grosse fête champêtre de la région : en 2016 elle ouvrira le 21 mai, avec une randonnée de l'Estive prévue le dimanche 24 Mai.

"C'est une fête authentique, mais surtout pas folklorique, insiste Philippe Deider, président de l'association Estivales en Cézallier, à l'origine de la Fête de l'Estive. Le choix du lieu s'est porté sur Allanche car sa configuration se prêtait bien au défilé des troupeaux qui, partis du foirail de Maillargues, à 3 km, y effectuent un arrêt d'une vingtaine de minutes dans de bonnes conditions."

Une transhumance festive, une tradition très ancienne
 

On pourra lire Chemins de transhumances - Anne-Marie Brisebarre ..

"Moment important du calendrier pastoral, la transhumance est encore une activité traditionnelle qui s'appuie sur l'expérience et le savoir des bergers. Malgré la modernisation de l'élevage, beaucoup de coutumes se maintiennent : rituels pour protéger les animaux, fêtes, décorations des plus belles bêtes, son des cloches, etc." (Electre)

L'Estive au buron de la « Montagne - Burons du Cantal

En plus d'aller en montagne pour profiter de l'herbe neuve, outre la tradition de fabrication en estive des fromages les plus fruités, les troupeaux ont aussi pour fonction d'entretenir, comme un jardinier le ferait de sa parcelle, la montagne et ses paysages.

Le dossier d'une exposition : [En]quête sur l’histoire d’une montagne cantalienne de la préhistoire aux burons, montée en février 2013 par le Musée d'art et d'archéologie d'Aurillac - Université Blaise ., nous renseigne sur l'origine de cette pratique de l'estive. On y apprend que dès le XIIIe siècle, ces pâturages saisonniers étaient devenus des biens recherchés et qu'à partir du XIVe, le pastoralisme commença à se généraliser.

Un très intéressant dossier de Maison Paysanne de France  nous renseigne aussi sur une architecture tout à fait particulière à la Haute Auvergne et sur son peuplement : Connaître les maisons paysannes du Cantal - Auvergne

Et puis, pour répondre à ceux qui n'aimeraient pas le son des cloches :

 

Plomb du Cantal - Sonnailles.net

http://www.sonnailles.net/cache/preview/19ee97cc332ac2a84c7a3b8feb7deebe.jpg

"Celles qui sont sur les vaches datent de mes parents. Nous on mettait des cloches, moi, j’ai toujours entendu dire ça, la tradition, c’est parce que dans les montagnes quand on les perdait dans le brouillard on entendait les cloches. Les veaux reconnaissent la cloche de leur mère. On ne change pas de cloche pour sevrer comme on fait avec les brebis, peut-être que c’est plus docile les brebis, nous avec la vache c’est pas toujours"

 

 

 

 

 

Derniers jours... le 11 juillet 2016, de Anzat jusqu'à Allanche
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article